Conférences

Philippe Dessertine

Philippe est avant tout un Trend Spotter, sa vision est stupéfiante, il délivre ses conférences en français ou en anglais avec une grande éloquence et beaucoup de profondeur de contenus.
Véritable capteur de tendances, il éclairera sur des sujets tels que les grands enjeux pour la planète et l’humanité à l’aulne des thèmes ci-dessous :

⦁ 4 ème révolution industrielle
⦁ Raréfaction des ressources vs Accroissement de la démographie et des besoins
⦁ Quels sont les grands enjeux portés par l’IA
⦁ Quel modèle économique pour un monde « fini »
⦁ Comment nourrir 9 milliards d’individus demain
⦁ Réchauffement climatique/Flux migratoires/géopolitique/protectionnisme
⦁ Quel avenir empruntons-nous à nos enfants
⦁ Le Brexit et les difficultés économiques européennes
⦁ Bitcoin et Crypto-monnaies
⦁ Rôles et sens de l’Entreprise dans la Société
⦁ Fiscalité, Epargne, Retraites comment investir

Contact

Présentation type de conférence

Quelle économie après le Covid ?
Les projections concrètes pour les entreprises et les territoires

Avec la crise du Covid 19 et le confinement d’une immense part de l’humanité, nous sommes entrés sans doute dans le plus grand séisme économique de tous les temps. Face à une situation totalement inédite, de nombreuses questions se posent autour de trois grands axes :

 

1 La gestion de la crise économique majeure qui commence avec la fin du déconfinement
⦁ Comment faire face aux conséquences de l’arrêt complet de l’économie mondiale pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois ? Quelles sont les conséquences pour les grands types d’activité ? Peut-on espérer une relance rapide, même partielle ? Que faut-il attendre des autorités qui ne disposent d’aucune référence pour la gestion de cette situation ?
⦁ Comment à la sortie du confinement, les mesures hors normes mises en œuvre vont bouleverser les références de toutes les activités dès la deuxième partie de l’année
⦁ Focus spécial sur la dette

 

2 L’importance des relations internationales dans les conséquences concrètes de la crise
⦁ Quels peuvent être les projections d’un scénario optimiste, quelles sont celles d’un scénario pessimiste (autour de grandes hypothèses comme une crise géopolitique Chine/Usa, des tensions au sein de l’Union Européenne, une crise sur les matières premières énergétiques et/ou alimentaires)
⦁ Comment vont se reconstruire (ou non ?) les relations internationales ?

 

3 L’émergence rapide d’un nouveau modèle pour les entreprises et les territoires
⦁ La réalité des changements dans les entreprises (télétravail, conséquences RH et managériales, nouvelles consommations, relocalisations)
⦁ Quels acteurs pour le nouveau modèle (grandes ou petites entreprises ? Territoires ou capitales ? Grands centres urbains ou petites structures ?
⦁ Comment l’investissement et le financement vont se mettre en œuvre ? Sommes-nous à la veille d’une rupture radicale (monnaie, représentation de la valeur, organisation des vecteurs de financement) ?

Une certitude s’impose déjà : le monde économique (et le monde tout court) d’après Covid 19 sera différent de celui d’avant ; peut-être pour le pire… Et pourquoi pas pour le meilleur ?

 


 

Avec la crise du Covid 19 et le confinement d’une immense part de l’humanité, nous sommes entrés sans doute dans le plus grand séisme économique de tous les temps. Face à une situation totalement inédite, de nombreuses questions se posent :
⦁ Comment faire face à l’arrêt complet de l’économie pendant plusieurs semaines voire plusieurs mois ? Que faut-il attendre des autorités qui ne disposent d’aucune référence pour la gestion de cette situation ?
⦁ Comment la crise économique et financière se développe dans l’ombre de la crise sanitaire ? Quelles en sont les conséquences concrètes pour les entreprises, comment tenter d’y faire face ?
⦁ Comment à la sortie du confinement, les mesures hors normes mises en œuvre vont bouleverser les références de toutes les activités dès la deuxième partie de l’année 2020 ?
⦁ Comment vont se reconstruire (ou non ?) les relations internationales ?
⦁ Comment peut-on anticiper les changements structurels profonds qui vont survenir à plus long terme ?
Une certitude s’impose déjà : le monde économique (et le monde tout court) d’après Covid 19 seront différents ; peut-être pour le pire… Et pourquoi pas pour le meilleur ?

Transition écologique Transition sociale Transformation publique

« La Grande Transformation » de nos modes de vie, La nécessité d’actions rapides et radicales s’impose
Ce rapport constitue des pistes concrètes principalement dans les domaines de la science, de la finance, de la citoyenneté écologique et des territoires.

 

Des propositions pour amorcer dès maintenant la transformation économique, sociale et écologique. Parmi ces propositions, trois particulièrement transformatrices :
⦁ « Revenu Vital Minimum »
⦁ « Sociétés de bien commun » d’associer des collectivités et des entrepreneurs autour de projets environnementaux, sociaux, numériques, travailler de façon rémunératrice.
⦁ Donner à la notion « d’usage » la même force juridique que celui de la propriété pour promouvoir l’économie de fonctionnalité.

 

Pour ce faire il convient de proposer une boussole : un Agenda 2030 et ses Objectifs de développement durable ODD
La science et la technologie seront assurément, mais seulement en partie, les moteurs des grandes transformations.

 

L’humanité vit un moment certain de « bascule ». La combinaison des outils numériques (IA) et les comportements écologiques vertueux, détermineront notamment l’efficacité de cette grande transformation.

L’objectif de ce rapport prospectif est de mettre en perspective les politiques et les actions actuelles de transition et de transformation écologiques en regard des mutations socioéconomiques et environnementales de notre planète et de nos sociétés pour proposer des leviers d’accélération, explorer les difficultés et les leviers des futurs possibles.
Intégrer les trajectoires rendues incertaines par l’évolution du changement climatique et les conséquences de la pression démographique sur notre siècle.
Tenter de dégager des pistes concrètes dans les domaines de la gouvernance, de l’appropriation entre science et technique, de l’engagement, de la finance et des territoires.

 

⦁ A) LES FREINS A LA TRANSFORMATION
On identifie différents types de freins à la transformation : Les freins techniques, l’impasse économique, les freins sociétaux comment sortir les individus d’une situation d’indigence. On constate une lassitude du citoyen sur l’intérêt général, comment mobiliser derrière une notion de bien commun.

 

⦁ B) LES LEVIERS DE LA TRANSFORMATION

Les mutations technologiques et les innovations techniques doivent impérativement viser l’amélioration environnementale et climatique. Les mutations économiques doivent être guidées par des choix tournés, non plus seulement sur la compétitivité, mais sur la fondation d’une « autre » économie. Les modes de vie doivent évoluer vers plus de sobriété qu’il convient de rendre attractives. Enfin le cadre politique de la gouvernance doit être renouvelé

 

⦁ C) LES MOTEURS DE LA GRANDE TRANSFORMATION

Les propositions

⦁ Les Freins :

La transformation globale de notre économie est au cœur de la nécessaire « resocialisation » d’une économie planétaire devenue hors sol, sous l’effet notamment d’une financiarisation excessive.

 

 

Le contexte : La crise systémique résulte de réponses insuffisantes aux effets cumulés de différentes ruptures : technologiques (révolution numérique), socio-économiques (globalisation financière et inégalités), écosystémiques (changement climatique et érosion de la biodiversité), spatiotemporelles (rétrécissement relationnel planétaire et accélération) et même éthologiques (évolution des valeurs et des comportements, quête de sens). Le risque d’événements météorologiques extrêmes est considéré comme le plus probable, et comme le deuxième plus important en termes d’impact potentiel avec l’évolution démographique.

 

 

Dans ce contexte d’une nouvelle ère géologique caractérisée par l’empreinte humaine, l’« Anthropocène », les communautés humaines réagissent par des démarches transitionnelles, et chez certains, la résurgence du « mythe de l’apocalypse » refait surface.
Face aux incertitudes de notre époque, nous avons besoin d’une boussole afin de ne pas perdre la bonne direction d’un monde dont les fondements d’antan sont minés, comme les équilibres climatiques, la diversité de la nature, les populations trop nombreuses et errantes. C’est pourquoi nous avons exploré dans ce rapport, les freins et les leviers des futurs possibles, préalables à l’élaboration de stratégies ou de politiques adaptées à aujourd’hui.

 

 

Nous avons identifié deux freins majeurs que sont le changement d’échelle et la méthodologie de la transformation, puis existent différents freins techniques, environnementaux, sociaux, économiques, sociétaux, culturels, politiques.

 

 

Si les technologies sont à l’origine d’immenses progrès enregistrés par l’humanité depuis des siècles, elles sont parallèlement sources d’incertitudes et de questionnements liés à leur utilisation : au niveau de la science elle-même, au niveau des freins techniques à lever, au niveau de l’impact de ces technologies sur les ressources et de l’« effet rebond » au niveau des effets pervers de l’intelligence artificielle. Quelles sont les innovations véritablement souhaitables ? les Tech sont duales, comment mesurer l’impact de l’usage des innovations ? Pour faire le tri parmi les bonnes solutions, le processus de décision pourrait se faire au travers du prisme des ODD (Objectif de Développement Durable)

 

 

Sur le plan économique, deux catégories de freins :
Quantitatif : l’inadéquation des moyens budgétaires et financiers actuels, et l’autre qualitative : l’« imaginaire de la croissance
Sur le plan sociétal : la difficulté à changer de comportements

 

Dans le champ politique : l’instabilité politique externe et interne le doute et la défiance la question du « récit ».

 

 

 

 

 

⦁ Les leviers : Quatre principaux leviers de transformation :

  • les mutations technologiques et techniques au service de l’amélioration environnementale et climatique
  • les mutations économiques : nouveaux modèles économiques, la transformation de l’entreprise, l’investissement pour la transition climatique et écologique, la taxation du carbone, la finance durable, la comptabilité publique ; le changement des modes de vie, à travers la citoyenneté écologique, la sobriété, la réduction des inégalités ; une meilleure gouvernance de nos « biens communs »
  • les territoires : un levier essentiel de transformation face aux chocs socio-économiques et environnementaux au travers de la déconcentration et la décentralisation, l’expérimentation et l’appropriation culturelle.
  • contenir les incertitudes de la géopolitique mondiale. La gouvernance collective et les comportements individuels restent des leviers beaucoup plus incertains et complexes à coordonner
 
 

⦁ Les moteurs de la transformation :


⦁ Mobiliser la sphère de l’enseignement supérieur et de la recherche
⦁ Installer une Chambre du futur La prise en compte du long terme est encore insuffisante dans les décisions publiques et privées
⦁ Créer des Sociétés de bien commun
⦁ Conduire des Agenda 2030 pour et par tous
⦁ Mettre en place un Revenu Vital Universel
⦁ Transformer la future loi 3D en loi 5D (Déconcentration/décentralisation/différenciation sur fond de Développement Durable)
⦁ Favoriser une économie de l’usage
⦁ Investir avec des indicateurs d’impact
⦁ Compter ce qui compte, On ne progresse qu’au travers des indicateurs que l’on mesure, mais mesure-t-on les bons indicateurs pour assurer la pérennité dans un contexte de changements sociétal et des paradigmes. Les indicateurs d’impacts des activités de l’Entreprise vont être de plus en plus regardés, (les choix, les orientations, les actions devront être réfléchis et actés au regard d’Objectifs de Développement Durable et sociétal), ils deviendront de nouveaux indicateurs de performance de l’Entreprise…. Quelle richesse représente un collaborateur pour l’entreprise ? quel intérêt a définir les richesses de l’entreprise selon de nouveaux indicateurs tels que l’engagement, l’accomplissement, ascension sociale, la formation continue…

 

 

 

Un moment de bascule
« Il faut que tout change pour que rien ne change ! » Changer la vie maintenant et aussi ne pas la compromettre pour demain 

Rien n’a-t-il changé ? le système Terre est atteint par un système économique, à la fois trop consommateur de ressources et inégalitaire.
Les freins techniques, économiques, sociétaux, politiques ont amené à la situation actuelle, également, les lieux réels de la Transformation sont trop réservés aux pays riches et aux élites, ce qui induit à la fois les immobilismes et les révoltes populaires qui se multiplient.

Tout a-t-il changé ? constat : Révolution numérique, évolution de l’entreprise, mutation de la finance, nouvelles citoyennetés, irruptions de nouvelles gouvernances sont déjà à l’œuvre tous les éléments d’un nouveau modèle sont donc en place, avec cependant des incertitudes décisionnelles et démocratiques et une temporalité indéterminée.

 

Dans l’histoire des révolutions industrielles, science et la technologie ont été l’amorce et les moteurs des transitions. Grâce à la transformation engendrée par le digital, nous sommes à un « moment possible de bascule » de l’histoire de l’environnement.  Les technologies numériques et l’Intelligence artificielle offrent la possibilité de mesurer et de protéger notre environnement et de réorienter notre économie si nous sommes capables d’acter une transformation globale du modèle économique.
Aujourd’hui, il y a une prise de conscience des dégâts de nos modèles économiques mais pour cela il aura fallu que les phénomènes extrêmes se multiplient…. C’est pourquoi à l’accélération des risques certains, doit répondre l’accélération des solutions.

LES PROPOSITIONS
⦁ Mobiliser la sphère ESR : La recherche scientifique et l’éducation
⦁ La prise en compte du long terme
⦁ 2030 Une feuille de route universelle adoptée par la communauté internationale
⦁ Sociétés de bien commun : associer des collectivités et des entrepreneurs, autour de projets environnementaux, sociaux, numériques
⦁ Revenu Vital Minimum adapté
⦁ Loi 5D Déconcentration, la décentralisation et la différenciation, placés sous le timbre du développement durable
⦁ Compter ce qui compte une nouvelle comptabilité patrimoniale
⦁ La Grande Adaptation, accélérer la transformation en adaptant les secteurs qui le peuvent aux nouvelles conditions climatiques annoncées (Nomadisme, Adaptabilité, Apprenant)